Les boutiques éphémères ou pop-up stores sont plébiscitées par les consommateurs, surtout dans les centres-villes. Mais comme pour l’ouverture d’une boutique pérenne, il est indispensable de bien préparer son projet.

Nées dans les années 2000 aux Etats-Unis, les boutiques éphémères se multiplient en France. Ces points de vente ouverts sur de courtes durées éveillent la curiosité des consommateurs. Quelles sont les normes à respecter pour exploiter un pop-up store ? Détails.

Pourquoi créer une boutique éphémère ?

Lancé en 2009 en France, ce concept ne perd pas de son attrait. Les objectifs poursuivis par les pop-up stores sont multiples. Pour les marques, ces points de vente permettent de réaliser une opération de communication impactante et peu onéreuse. Les futurs commerçants y trouvent également des avantages. En effet, l’ouverture d’une boutique éphémère leur donne la possibilité de tester leurs produits et leur localisation, de commencer à fidéliser une clientèle sans avoir à s’engager sur un bail de longue durée. Une boutique éphémère peut s’installer dans un centre commercial, sur le parking d’un supermarché, sur certains lieux dédiés en centre-ville ou encore dans un local commercial.

Le pop-up store est donc un moyen pour les professionnels de tester leur commerce avant de se lancer et pour les propriétaires de louer leur bien vide de manière ponctuelle.

Mode d’emploi pour ouvrir un magasin éphémère

La création d’une boutique éphémère se fait en plusieurs étapes incontournables.

1 – Déterminer son projet

Il convient d’abord d’établir un business plan afin de définir votre concept, le public cible et ses besoins, les produits ou services vendus, votre budget et vos objectifs financiers. Ces éléments vous aideront à déterminer la faisabilité de votre projet.

2 – Choisir son statut juridique

Le commerçant a le choix entre plusieurs statuts juridiques. La micro-entreprise permet de bénéficier de formalités administratives allégées et de payer des cotisations sociales uniquement si du chiffre d’affaires est généré. L’EURL ou la SASU si vous êtes seul peut convenir aux entrepreneurs qui font de l’exploitation des boutiques éphémères une activité régulière. Il est enfin possible d’opter pour le statut d’entreprise individuelle (EI). Si vous ne savez pas quel statut juridique choisir, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel.

3 – S’inscrire au RCS

L’ouverture d’un pop-up store s’apparente à celle d’une entreprise commerciale. Il est donc nécessaire de s’inscrire au Registre du commerce et des sociétés (RCS) 1 mois avant son lancement ou au plus tard, 15 jours après le démarrage de l’activité. Si la boutique éphémère émane d’une entreprise déjà immatriculée, il faudra demander une inscription complémentaire ou secondaire.

4 – Signer un contrat de bail de courte durée

Il est préférable de se tourner vers un bail de courte durée ou bail dérogatoire dont la durée ne peut excéder 3 ans. Ce contrat libère l’occupant du droit au renouvellement à condition que la volonté de déroger au statut des baux commerciaux soit exprimée clairement dans le document.

L’occupant a également la possibilité de conclure une convention d’occupation précaire qui lui confère provisoirement le droit d’exercer son activité professionnelle dans un local en contrepartie du paiement d’un loyer.

Vous connaissez désormais les principales étapes nécessaires à la création d’un pop-up store. Plusieurs acteurs peuvent vous aider dans la mise en place de votre projet.

Laisser un commentaire